Loi alimentation : ce qui va changer dans nos assiettes

Le projet de loi “alimentation et agriculture” ou Egalim fait l’objet d’un débat depuis ce mardi à l’Assemblée Nationale. Ce texte, qui pourrait entraîner des discussions difficiles, vise à mieux régir le marché de l’alimentation en mettant fin notamment à la guerre des prix entre les grands distributeurs et les agriculteurs, tout en promouvant une nourriture plus saine et durable dans les assiettes des français.

Le texte suit trois objectifs principaux : “améliorer l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire” ; “renforcer la qualité sanitaire, environnementale et nutritionnelle des produits pour une alimentation saine, de qualité et durable” ; et “permettre à chacun d’accéder à une alimentation saine, sûre et durable. Le gouvernement fait de la politique de l’alimentation un moteur de réduction des inégalités sociales”.

Parmi les mesures phares proposées, on peut notamment retenir :

50% de bio dans les cantines : Le texte présente comme objectif d’utiliser 50% d’aliments bio dans les repas servis dans les cantines scolaires d’ici 2022.

La fin de la guerre des prix : Le texte dénonce aussi les promotions chocs qui tirent les prix vers les bas et revendique “mettre fin à la guerre des prix qui paupérise les producteurs et fragilise des pans entiers de l’industrie agroalimentaire”.  Ainsi les rabais seraient limités à 34% des volumes et 25% des prix de référence.

Améliorer la traçabilité du miel : Le projet de loi vise à obliger les producteurs de ces mélanges à indiquer l’origine de chaque miel utilisé.

Les steaks végétaux devront changer de nom : Le texte dénonce des “pratiques commerciales trompeuses” et souhaite que les industriels nomment autrement ces préparations végétales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez