Des records de microplastiques polluent la banquise Arctique

Une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’Institut Alfred Wegener en Allemagne montre que les microplastiques – ces minuscules bouts de quelques micromètres de long qui sont ingérés par les animaux et semblent se propager de partout – contaminent désormais l’Océan Arctique à un taux sans précédent.

Bien qu’alarmants, ces résultats ne sont pas surprenants pour ceux qui étudient la contamination des océans. On sait depuis longtemps que le plastique pollue à grande échelle la totalité de la planète, y compris des endroits très reculés.

Les chercheurs ont trouvé des concentrations extrêmement élevées de plastique dans leurs échantillons – jusqu’à 12 000 particules de microplastique par litre de banquise. Le chiffre est colossal !

Une grande partie de ces particules sont du polyéthylène qui provient probablement d’emballages à usage unique comme des sacs plastiques, d’après ce qu’a indiqué Melanie Bergmann, l’une des auteurs de l’étude.

« Nous devons vraiment réduire la production de ces microplastiques pour réduire les fuites dans l’environnement. L’étude montre à quel point ce type de pollution est devenue omniprésente dans tous les coins de notre planète » a déclaré la scientifique.

L’équipe a prélevé des échantillons de banquise Arctique pour comprendre quels types de plastique envahissent l’océan.

Au total, l’équipe a trouvé 17 types de plastiques différents dans leurs échantillons. Les six types les plus fréquents sont des plastiques d’emballage, de l’acétate de cellulose (présent dans les filtres de cigarettes), de la peinture et du nylon.

« Ces petites particules peuvent être ingérées par presque toutes les classes d’organismes » a ajouté Melanie Bergmann. Bien que l’effet exact de ces plastiques sur la faune et la flore sauvages soient encore mal connus, ils pourraient notamment pousser les animaux à moins manger en remplissant leur estomac de plastique, affectant ainsi leur taux de survie. Ils pourraient aussi empoisonner les animaux et affecter leur taux de fécondité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez