Bilbo le Hobbit inspire le nom d’une petite crevette tropicale à ses découvreurs, amateurs de Tolkien

Credit: Gier & Fransen 2018
Credit: Gier & Fransen 2018

De petite taille et velue des pieds, une nouvelle espèce de crevette a été nommée d’après Bilbo le hobbit, le personnage de Tolkien. Cette crevette indonésienne vit également dans un trou, non pas celui d’un terrier, mais dans la cavité d’un organisme marin.

Deux nouvelles espèces de petites crevettes tropicales ont été décrites, illustrées et nommées par un étudiant de l’université de Leiden (Pays-Bas), Werner de Gier, dans le cadre de son projet de recherche de bachelor (équivalent de la licence), supervisé par le Dr. Charles Fransen, du Naturalis Biodiversity Center. Inspirés par les pieds très velus d’une des espèces, ces derniers ont décidé de lui donner un nom qui honore le plus grand hobbit de la Terre du Milieu, Bilbo Baggins (en français « Bilbon Sacquet » ou « Bilbon Bessac » selon les traductions). Afin d’expliquer leur décision à toute personne lisant leur publication qui ne serait pas familière avec l’œuvre de Tolkien, les auteurs de l’article paru dans le journal Zookeys ont précisé que le nom est « inspiré par le nom de famille Hobbit célèbre ‘‘Baggins’’, personnage important des livres ‘‘Le Hobbit’’ et ‘‘ Le seigneur des anneaux ’’. Les personnages de fiction appelés ‘‘Hobbits’’ possèdent des pieds velus comparables à ceux de cette espèce ». L’espèce Odontonia bagginsi rejoint ainsi le rang des espèces nommées d’après des personnages de Tolkien, tels le faucheux cavernicoles Landumoema smeagol, le « lézard doré» (en fait un saurien plus proche des iguanes que des lézards) Liolaemus smaug, ainsi que deux araignées vivant dans les grottes, Ochyrocera laracna et Ochyrocera ungoliant.

Des crevettes originales
Les deux nouvelles espèces de crevettes ont été collectées pendant une expédition dans les récifs de corail des îles indonésiennes de Tidore et Ternate (archipel des Moluques) organisée par le Naturalis Biodiversity Center et l’Indonesian Institute of Sciences (LIPI) en 2009.
A l’instar des autres espèces du genre Odontonia, ces crevettes n’atteignent pas de taille supérieure à un centimètre de long, ce qui leur permet de vivre dans la cavité centrale d’organismes marins filtreurs, les ascidies. Encore plus petite que sa cousine au nom inspiré de l’œuvre de Tolkien, l’autre nouvelle espèce, Odontonia plurellicola, est la seule espèce connue à être associée à une ascidie coloniale, dont la cavité est particulièrement étroite. Sa taille est comprise entre 1,3 et 1,5 millimètres ! Odontonia bagginsi fait plutôt 3,4 millimètres environ, ce qui n’est déjà pas bien grand.

La recherche ne s’arrête pas là…
Si la publication de ces nouvelles espèces a pris autant de temps, c’est parce qu’il ne suffit pas de découvrir que l’on a affaire à une nouvelle espèce : les scientifiques ont cherché à déterminer la place des deux nouvelles espèces dans l’arbre de la vie en procédant à des analyses génétiques, et en comparant les caractères anatomiques des crevettes à ceux des espèces connues,. C’est ainsi qu’elles ont rejoint le genre Odontonia.
« Etre capable de décrire, dessiner et même nommer une nouvelle espèce durant mon année de bachelor était un immense honneur. Par chance, nous pouvons montrer au monde qu’il y a de nombreuses espèces qui attendent juste d’être découvertes, si on regarde juste assez attentivement » déclare Werner de Gier, actuellement en stage de master au Naturalis Biodiversity Center où il continue de travailler sur les crustacés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez