Les déchets polluent même les profondeurs des océans

 » Les déchets polluent même les profondeurs des océans

Lors de la plongée sous-marine la plus profonde jamais réalisée par un humain dans un sous-marin, un investisseur et explorateur texan a découvert ce qu’il aurait pu trouver dans le caniveau de n’importe quelle rue du monde : des déchets.

Victor Vescovo, un ancien militaire de la Marine américaine, a déclaré qu’il avait fait cette surprenante découverte en descendant jusqu’à 10 928 mètres de profondeur dans l’Océan Pacifique – à un endroit qui est l’endroit le plus profond de la Terre. Il a plongé 16 mètres plus bas que le record précédent à cet endroit établi en 1960.

Victor Vescovo a découvert des espèces inconnues alors qu’il visitait des endroits où aucun homme n’était allé auparavant. Il a passé quatre heures au fond de la mer, observant des espèces de la vie marine allant d’anthropoïdes ressemblant à des crevettes à longues pattes, à des « cochons de mer » translucides similaires à un concombre de mer. Il a aussi vu des objets en métal ou en plastique. « C’était très décevant de voir une contamination humaine évidente du point le plus profond de l’océan » a déclaré Victor Vescovo.

Les déchets plastiques sont devenus une réelle épidémie dans les océans du monde, avec 100 millions de tonnes estimées dans ces étendues d’eau, d’après les dernières estimations de l’ONU. Des scientifiques ont trouvé de grandes quantités de micro-plastiques dans l’estomac de nombreux mammifères marins comme les baleines.

Victor Vescovo espère que sa découverte de déchets dans la Fosse des Mariannes sensibilisera la population au problème et fera pression sur les gouvernements pour que ces derniers fassent mieux appliquer les réglementations existantes, ou en établissent de nouvelles.

« Ce n’est pas une grosse piscine de déchets, même s’ils sont traités comme tels » a déclaré Victor Vescovo à propos des océans.

Au cours des trois dernières semaines, l’expédition du texan a effectué quatre plongées dans la Fosse des Mariannes, en prélevant des échantillons biologiques et rocheux.

C’est la troisième fois que des êtres humains plongeaient jusqu’au point le plus profond de l’océan, appelé le Challenger Deep.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous aimerez